Bosnian Trip - Part 1

Publié le par Cyr Piaton

Ou comment rejoindre Zagreb en partant de Split sans autoroute et avec beaucoup plus d’aventures…

Ah ok c’est marrant de prendre des auto-stoppeurs croates pour aller à la mer, mais c’est encore plus extraordinaire de voyager a travers la Bosnie avec une équipe hétéroclite de volontaires un poil dingues: 2 français (Xav et moi) ; deux serbes (Léa et Jelena) et un espagnol catalan (Alfred)… histoire de prolonger de quelques heures l’ambiance et l’esprit du chantier – voir Solta…

Au début, tout parait simple et easy (ou polako en serbo-bosno-croate), on trouve la route aisément ; on fait le plein sans difficultés, achète de l’eau mais pas de bouffe car le plan est de faire une pause arrivé en Bosnie ; a Livno la ville de l’autre coté de la montagne…

Mais bon ça c’est en Croatie, trop simple, trop propre, un peu chiant sans doute et il faut bien pimenter ce genre de voyage …

Heureusement pour nous arrive la Bosnie ; le genre de « far-west » balkanique : une très belle région mais avec des règles un peu à part…

La Bosnie est la définition même de ce que représentent les Balkans : un mélange de cultures et d’influences, un monde inconnu, étrange, sauvage, indiscipliné, exotique, et surtout magnifique…

Car les aventures commencent alors que nous ne sommes pas encore rentrés en Bosnie… si les douaniers croates nous laissent passer sans encombre ; les douaniers bosniaques sont un peu plus rigoureux ; normal nous entrons en Bosnie…

Le passage obligé des passeports est ok ; alors que j’ai ma tête de 20 ans, sans cheveux longs et sans barbe qui habituellement fait toujours tiquer les douaniers… Le hic ce sera les papiers de la voiture, puisque pas moyen de retrouver la carte verte de l’assurance…

Garé sur le coté, nous cherchons dans la voiture ; en vain… Meme le coup de fil a un ami ne servira a rien... pas moyen de trouver cette fichue green card... Le douanier nous explique qu’il est obligatoire d’avoir la carte verte (à jour – pas celle de 2007 que j’avais) et qu’il ne peut pas nous autoriser a entrer en Bosnie… Il nous explique que nous devons aller au container la entre les deux postes de douane et demander après un certain …?? ;

Comme nous sommes dimanche, tous les containers sont vides et il n’y a pas âme qui vive…

Nous revenons broucouille au poste de douane ; et j’explique au douanier qu’il n’y a personne et que je suis désolé… Ne voulant pas changer de position, il remet nos passeports à l’autre bureau (dans le sens Bosnie - Croatie) et nous signale que nous devons repartir en Croatie.

Bon nous sommes super déçu, mais l’équipe serbe intervient parce que je ne suis pas sur d’avoir tout compris avec l’histoire des containers… Apparemment si la personne n’est pas là ; il suffit simplement d’appeler le numéro de téléphone indiqué sur la vitre… cela parait logique le en effet ; fallait il encore savoir déchiffre le numéro et comprendre u’il fallait appeler… Nous appelons le numéro et la personne est en gros habilitée a nous fournir une attestation d’assurance ou un genre d’assurance pour 10 jours moyennant 30 euros plus 15 euros de frais de déplacement… comme nous sommes 5, nous décidons de partager les frais…

Nous avons une bonne demi heure devant nous, avant que la personne arrive de Livno pour nous donner le document… genre de Visa pour la voiture ; un bakchich déguisé… alors nous prenons le repas au restaurant de la douane, avec d’excellents cevap et le serveur le plus agréable du monde… Après la pause repas, le gars (du certificat d’assurance) nous appelle pour nous signaler qu’il est la dans 10 minutes… 15 minutes plus tard, le serveur nous signale que le gars du certificat d’assurance a appelé… toute la mafia bosniaque doit être au courant… :-D

Nous avons notre document ; c’est bon on peut y aller ; « en voiture Simone » pour toute la troupe, je démarre et hop un autre douanier nous arrête ; et cette fois la question est de savoir pourquoi j’ai un autocollant SLO sur la capot arrière et une plaque française… Le douanier un chiant celui là nous fait ouvrir le capot et demande les papiers de l’auto, il croit que j’ai volé la caisse et veut vérifier le numéro de série j’imagine… du n’importe quoi..  Ensuite j’explique que je suis volontaire en Slovénie et c’est pour ça que j’ai un autocollant SLO, et que si j’étais volontaire en Bosnie, j’aurai collé un bel BiH a l’arrière de ma voiture….L’explication ne le convainc pas du tout et il me dit que je suis un excellent acteur, que je devrais aller à Hollywood… etc… Comme selon la loi bosnienne il est interdit d’avoir un autocollant différent du pays d’origine ; il m’ordonne de l’enlever, ce que malheureusement je fais… (Désolé frangin pour cette triste fin de ton autocollant ; je n’ai pas eu le choix,… )  Là on peut vraiment repartir et lâcher un gros ouf…

Pour me « consoler » ou me faire marrer, Helena me suggère de peindre un bel F (sur mon ex autocollant) comme Fuck you…

Nous descendons a Livno, la ville est affreuse, pour finir on ne fera pas de pause ici… on trace le chemin en essayant de trouver les indications de route pour Banja Luka qui sont le plus souvent vandalisées, et oui c’est la ville Serbe de Bosnie et nous somme en « zone » croate... (comme l'attestent les drapeaux croates un peu partout)

Dans la voiture; en bon copilote; Xav fait le photographe un peu maniaque et mitraille comme un japonais et puis accessoirement il est le DJ du periple et nous dégotte une pépite : le Cd Zik de titi ; avec l’intégrale de Mika et  Lilly de Aaron qui colle parfaitement à la route déserte que nous empruntons jusque Glamoc…

A suivre…

Publié dans Bosnie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guigui 29/07/2008 09:35

Tant pis, on a tout ce qu'il faut pour en faire un autre à ton retour. . . . . . . .